L’industrie automobile est l’un des secteurs principaux de l’économie russe, le leader en chiffre d'affaires parmi toutes les autres branches de constructions mécaniques. Toutefois, la part directe de l’industrie automobile dans le PIB de la Russie n’est pas très élevé – environ 1%. Néanmoins, l’industrie emploie plus de 150 000 personnes, et d’autre part, l’industrie automobile crée jusqu’à 4,5 à 5 millions emplois dans la métallurgie, les secteurs électronique et chimique, la fabrication des composants automobiles et dans un certain nombre d’autres secteurs de l’économie dont la prospérité est directement liée au bon fonctionnement de l’industrie automobile.

En 2012, la Fédération de Russie a produit 1,85 million de voitures, dont 562,1 mille (-9% par rapport aux résultats de 2011) sont des automobiles de marque russe et 1287,9 mille (22% par rapport aux résultats de 2011) sont des véhicules de marque étrangère. D’autres prototypes d’automobiles (380 mille en tout) ont été produits, notamment des camions et des véhicules spéciaux. Le marché automobile global dans le pays en 2012 s'élevait à 2759 mille de voitures, ce qui en fait le sixième dans le monde en termes de ventes.

Contexte historique

La première voiture russe a été construite conjointement en 1896 par les usines Frese et Yakovlev. Toutefois, avant la révolution, l’industrie automobile dans l'Empire russe était pratiquement absente, et était représentée seulement par l’usine de wagons russo-balte à Riga, qui a construit 451 automobiles.

La première usine automobile complètement russe – AMO (aujourd’hui AMO ZIL) – se trouvait à Moscou et produisait de petites séries de camions à partir de 1924. En 1931, AMO a été entièrement reconstruit pour permettre la production de masse de voitures ; en 1932, l’usine GAZ de Gorki (Nizhny Novgorod) a commencé à produire des voitures et des camions sous licence Ford. Depuis 1947, l’usine de Moscou de petites cylindrées (ci-après AZLK) fonctionne en produisant des petites voitures, copies soviétiques de l’Opel Kadett grâce à des équipements et matériels reçus de l’Allemagne. De nombreuses usines automobiles ont été construites dans d’autres régions pendant les décennies suivantes (par exemple, l’usine automobile de Zaporozhye qui fabriquait la plus petite et la plus économique des voitures soviétiques ou l’usine automobile d’Oural qui fabriquait des camions) ; mais, la plupart de la production était encore fabriquée par les trois sociétés mentionnées ci-haut.

Tout a changé en 1970 quand l’exploitation de l’usine de construction automobile géant de Togliatti (actuellement AVTOVAZ) a commencé, et en 1979, l’exploitation de l’énorme usine de camion à Naberezhnye Tchelny (KAMAZ). L’usine de Togliatti a été construite et équipée par la société Fiat ; elle produisait la Fiat 124 qui est rapidement devenue la voiture la plus populaire du pays et qui a subi de nombreuses modifications depuis (la dernière production date de 2012). L’usine est vite passée à créer ses propres conceptions, la meilleure desquelles était le véhicule tout-terrain Niva, l’un des premiers 4X4 au monde muni d’une carrosserie monocoque. L’usine automobile de la Kama produisait des camions lourds de conception originale qui jusqu'aux années 90 n'avaient pas de concurrents sur le marché russe.

La transition vers l’économie de marché était difficile pour les géants automobiles soviétiques, à l'exception de VAZ. AZLK (Moskvitch) a été fermé ; ZIL a réduit sa production au minimum ; GAZ a cessé de produire des voitures. Cependant, la situation s’est améliorée à bien des égards dans la dernière décennie en raison de la croissance générale de l’économie russe et les partenariats avec des constructeurs automobiles internationaux.

 
 

Report inaccuracy