Le marché des médias est apparu en Russie seulement au début des réformes du marché, vers la fin des années 1980 – début des années 1990, et est immédiatement devenu l’une des industries les plus importantes de l’économie. Aujourd’hui, le marché des médias russe est le troisième en Europe, et de plus, il affiche une croissance impressionnante. En particulier, en 2012, le marché total de la publicité (sans publicité extérieure) s’élevait à environ 260 milliards de roubles, soit 8,5 milliards de dollars, et était réparti comme suit :

  • la télévision – 143,2 milliards de roubles;
  • l’Internet – 56,3 milliards de roubles;
  • la presse écrite – 41,2 milliards de roubles ;
  • la radio – 14,6 milliards de roubles;
  • autres médias – 4,9 milliards de roubles.

Les chiffres ont augmenté en 2013, et durant les neuf premiers mois (janvier à septembre), la croissance globale s’élevait à 11,5% par rapport à la même période en 2012, et le résultat total des trois trimestres s’élèvent à environ 200 milliards de roubles, ou près de sept milliards de dollars :

  • la télévision – 108 milliards de roubles;
  • l’Internet – 48,8 milliards de roubles ;
  • la presse écrite – 26,5 milliards de roubles ;
  • la radio – 11 milliards de roubles ;
  • autres médias – 2,9 milliards de roubles.

Il est évident que la Russie fait partie d’une tendance mondiale, c’est-à-dire que la télévision est le leader incontesté du marché des médias. Cependant, la télévision est en train de perdre progressivement du terrain vis-à-vis de l’Internet, alors que d’autres types de médias perdent progressivement leur popularité et sont également remplacé par Internet.

En étudiant le marché des médias russes, il faut tenir compte d’une particularité – la très grande influence de l’Etat qui apparaît d’une façon formelle à travers de nombreuses dispositions réglementaires dans ce domaine, et informelle, directement ou indirectement à travers les actifs des médias appartenant à l’Etat, ainsi qu’à travers l’influence sur les médias non-étatiques. En outre, il convient de noter la concentration territoriale – pratiquement tout le marché de la télévision appartient aux chaînes de télévision fédérales, et les sociétés de télévision locales ne jouissent pas d’une grande popularité auprès des téléspectateurs. Une situation semblable peut être observée dans les autres médias, mais la domination des médias centraux n’y est pas trop prononcée. Néanmoins, les entreprises russes dominent à la fois sur Internet et dans la presse écrite en termes de chiffre d’affaires.

Pendant presqu’un quart de siècle, le marché des médias russes est passé du contrôle presque entier de l’Etat à la fin des années 1980, ensuite par la création des premiers empires médiatiques dans les années 1990, et de nouveau au contrôle largement pro-gouvernemental dans les années 2000. Néanmoins, aujourd’hui, il y a différents groupes de médias et de grands médias indépendants sur le marché russe, qui contrôlent l’essentiel du marché.

La participation de l’Etat dans le fonctionnement du marché des médias ne se limite pas à la réglementation ou à la possession exclusive d’un certain nombre de sociétés de médias. L’Etat est l’un des plus gros clients du marché (particulièrement considérable pour le marché du film), et fournit un soutien ciblé aux entreprises de médias sous la forme de subventions directes ou des fonds destinés à créer des contenus multimédias (programmes de télévision, des séries d’articles, etc.) ayant une importance sociale et culturelle.

Les principaux acteurs du marché

La Société de télévision russe est un holding multimédia d’Etat, héritière de la deuxième chaîne de la télévision soviétique. Ses principaux actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision Rossiya-1 (chaîne multi-format) ;
  • la chaîne de télévision Rossiya-2 (chaîne sportive) ;
  • la chaîne de télévision Rossiya-K (chaîne culturelle) ;
  • la chaîne de télévision Vesti-24 (chaîne d’information non-stop) ;
  • la chaîne de télévision Carousel (chaîne pour enfants) ;
  • la chaîne de télévision Sport (chaîne de sport gratuite) ;
  • la chaîne de télévision RTR Planeta – (version satellite de la chaîne Rossiya-1) ;
  • la station de radio Radio Rossiyi (station multi-format) ;
  • la station de radio Mayak (station de discussion et divertissement) ;
  • la station de radio UFM (station de musique pour jeunes) ;
  • la station de radio Vesti FM (station d’information) ;
  • la station de radio Kultura (station culturelle) ;
  • le portail Vesti.ru (portail de nouvelles) ;
  • le portail Sportbox.ru (portail de transmission d’événements sportifs) ;
  • les sociétés de radio et télédiffusion régionales dans chaque région de la Fédération de Russie.

Pervy Kanal (Première chaîne) est une société de télévision d’Etat, héritière de la première chaîne de télévision soviétique. Ses actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision Pervy Kanal (chaîne multi-format, la plus populaire du pays) ;
  • la société de télévision Pervy Kanal. Réseau mondial (société de télévision qui diffuse la chaîne de télévision Pervy Kanal dans les pays étrangers).

Le Groupe Média nationale est un holding de multimédia privé qui n’a pas d’actionnaire majoritaire. Ses principaux actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision Pyaty Kanal (Chaîne cinq) (chaîne multi-format qui était pendant longtemps la chaîne télévision régionale de Saint-Pétersbourg) ;
  • la chaîne de télévision REN TV (chaîne multi-format) ;
  • la participation de 25% dans la société de télévision Pervy Kanal et STS Média ;
  • la station de radio Radio-Pétersbourg (station multi-format) ;
  • la journal Izvestia (journal social, politique et économique) ;
  • le journal Zhizn (tabloïd) ;
  • la station de radio Service de nouvelles russe (station de nouvelles) ;
  • un grand nombre de publications spécialisées et de portails en ligne.

Gazprom-Média Holding est un groupe de multimédia détenu par Gazprom (dont le propriétaire, à son tour, est l’Etat). Ses principaux actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision NTV (chaîne multi-format, auparavant une chaîne d’information) ;
  • la chaîne de télévision TNT (chaîne de divertissement) ;
  • la société NTV-Plus (télévision par satellite) ;
  • la station de radio Echo de Moscou (station de nouvelles et discussion) ;
  • la station de radio Comedy Radio (station de programmes comiques) ;
  • la station de radio Relax FM (station de musique) ;
  • la station de radio City-FM » (station de nouvelles) ;
  • la station de radio Detskoye radio (station pour enfants) ;
  • la maison d’édition Sem Dney (un nombre d’éditions de nouvelles et de divertissement) ;
  •  l’hébergement et le partage de vidéos RuTube.

ProfMedia Business Solutions est un groupe de multimédia privé détenu par le Groupe Interros. Ses principaux actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision TV3 (chaîne de divertissement) ;
  • la chaîne de télévision 2 x 2 (chaîne de dessins animés) ;
  • la chaîne de télévision Pyatnitsa! (chaîne de divertissement) ;
  • le portail Rambler (moteur de recherche et portail média) ;
  • le portail Lenta.ru (portail de nouvelles) ;
  • la société de production de film Central Partnership ;
  • la station de radio Autoradio (station de musique axée sur les automobilistes) ;
  • la station de radio NRJ (radio de musique) ;
  • la station de radio Yumor FM (station humoristique) ;
  • la maison d’édition Afisha (plusieurs éditions de divertissement).

RBK est un groupe de multimédia privé qui appartient au Groupe Onexim. Ses principaux actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision RBK-TV (chaîne de nouvelles du monde économique) ;
  • le portail RBC.ru (portail Internet d’information du monde économique) ;
  • le portail Autonews.ru (portail de nouvelles automobiles) ;
  • le journal RBK Daily (quotidien) ;
  • le magazine et le portail web CNews (nouvelles du monde des hautes technologies) ;
  • la maison d’édition Salon-Press (maison et intérieur).

Kommersant est un groupe de multimédia privé détenu par Alisher Usmanov. Ses principaux actifs sont comme suit :

  • le journal Kommersant (quotidien du monde économique) ;
  • le magazine Dengi (magazine économique et financier) ;
  • le magazine Vlast (magazine politique et social) ;
  • le magazine Autopilot (magazine automobile) ;
  • le magazine Sekret firmy (journal économique) ;
  • la station de radio Kommersant FM (station d’information).

STS Media est un groupe de multimédia privé détenu par la société suédoise Modern Times Group et le Natsionalnaya Media Groupe. Ses actifs sont comme suit :

  • la chaîne de télévision STS (chaîne de divertissement) ;
  • la chaîne de télévision Domashniy (chaîne de divertissement) ;
  • la chaîne de télévision Perets (chaîne de divertissement).

Il faut aussi noter les agences de presse, telles qu’ITAR-TASS, RIA Novosti (actuellement en réorganisation) et Interfax.

 
 

Report inaccuracy