La production des biens de consommation et particulièrement le marché des biens de consommation en tant que tel est l’un des secteurs les plus rentables de l’économie russe. Le niveau de consommation par rapport au revenu est plus élevé en Russie qu’en Europe ou aux Etats-Unis, c’est-à-dire les gens préfèrent dépenser leur argent plutôt que de le mettre de côté car ils sont plutôt sceptiques en ce qui concerne les possibilités d’économiser leur argent.

Le marché des biens de consommation russe est un des plus grands au monde. En 2011, son volume était supérieur à 350 milliards d’euros, ce qui en fait le septième au monde et le troisième en Europe en termes de volume absolu. De plus, les produits russes en occupent une grande partie. Un certain nombre de secteurs de production de biens de consommation ont leur place dans notre pays – l’industrie alimentaire et textile, la fabrication de meubles et d’autres.

Contexte historique

La production de biens de consommation a commencé à se développer en Russie au 18ème siècle. Avant cela, toute la production était limitée aux petites industries artisanales qui travaillaient dans un territoire bien délimité, c’est-à-dire qu’elles étaient concentrées dans une zone ou dans une ville spécifique. Après les réformes de Pierre le Grand apparaissent des manufactures, y compris des usines axées sur le marché de la consommation. En même temps, l’implantation du mode de vie européanisée entraîne un afflux de produits importés, tout simplement parce que des produits analogues n’étaient pas fabriqués en Russie ou étaient de très mauvaise qualité.

Cependant, en dehors de l’évolution du secteur de luxe, la production des biens de consommation se développait à un rythme très rapide ayant parfois un caractère bien spécifique. En particulier, l’industrie textile – les manufactures de draperie et toilerie – se développait principalement grâce aux ordonnances gouvernementales, alors que la réalisation ouverte restait secondaire.

Tout a changé pendant la seconde moitié du 19ème siècle lors de la croissance rapide de l’économie, dont l’un des secteurs importants était précisément l’industrie des biens de consommation. En particulier, l’industrie légère russe est devenue l’un des leaders au monde, et sur de nombreux marchés, notamment en Asie, arrivait à concurrencer les productions des principales économies du monde. En 1887, la part de l’industrie légère représentait 32,4% de la production industrielle totale (ce chiffre est tombé à 26,1% en 1900). Une grande partie de l’industrie légère était concentrée dans la partie centrale de l’Empire russe, dans les provinces de Moscou, Tver, Vladimir et Saint-Pétersbourg.

L’industrie alimentaire se développe activement pendant la même période. On construit de grandes entreprises pour la production de saucisses, de la confiserie, des boissons, etc. Parallèlement, la production artisanale occupe encore une place prépondérante dans l’industrie légère et alimentaire car dans la plupart des entreprises, le niveau de mécanisation est tout à fait insuffisant et le travail manuel prédomine toujours. Cette situation a aggravé la performance concurrentielle des producteurs russes, mais elle était presque inévitable étant donné qu’il y avait un surplus de main-d’œuvre bon marché d’anciens serfs sur le marché qui venaient à la ville pour trouver du travail.

Dans l'ensemble, l’industrie des biens de consommation russe était à son apogée quand le pays est entré dans la Première Guerre mondiale. La guerre et la révolution ont conduit à la baisse dans ce secteur. Cela était dû à la rupture des chaînes de production, la destruction d’un certain nombre d’entreprises, la perturbation dans les transports et la situation économique généralement difficile dans tout le pays, en conséquence de quoi les gens ont considérablement réduit leurs achats, à l’exception des nécessités de base. En 1921, le volume de production dans l’industrie légère ne dépassait pas 10 à 15% du niveau d’avant-guerre.

Cependant, la politique de la Nep (nouvelle politique économique) a permis une reprise rapide de la production de biens de consommation parce que la fabrication ne nécessitait pas, en règle générale, d’investissements à long terme et elle devient rentable assez rapidement. En même temps, les biens de consommation sont demandés dans toutes les situations, sauf les plus critiques. En conséquence,  l’industrie légère a atteint les indicateurs d’avant-guerre vers le milieu des années 1920 grâce à la construction de nouvelles entreprises qui, en règle générale, étaient érigées à l’initiative de l’Etat.

Avec le début de l’industrialisation en 1930, le marché de biens de consommation est entré dans une période de stagnation : la croissance de la production ne suit pas le rythme de la croissance de la consommation, principalement parce que presque toutes les ressources sont dirigées vers le développement de l’industrie lourde et des transports ; le marché de la consommation n’était plus prioritaire.

Cette situation a duré pendant quelques temps. Dans les années 1950 et 1980, un nombre considérable de nouvelles entreprises ont été construites, en particulier dans l’industrie légère et alimentaire, mais il y avait toujours une pénurie sérieuse d’un grand nombre de produits. En fait, le déficit n’était pas seulement dû à une faible demande des produits, mais aussi en raison d’une mauvaise qualité et de propriétés de consommation assez pauvres.

Par exemple, les grandes entreprises suivantes ont été construites dans l’industrie légère :

  • les complexes industriels de coton à Kamyshin, Engels, Kherson, Barnaoul (deuxième complexe d’usines), Douchanbé (phase 2 du complexe), Tcheboksary, Iartsevo, Omsk, Gori et Kalinine ;
  • les complexes industriels de laine à Minsk, Briansk, Krasnodar, Ivanovo, Sverdlovsk, Kansk et Tchernigov ;
  • les complexes industriels de soie à Krasnoïarsk, Naro-Fominsk et Leninabad ;
  • les complexes industriels de lin à Zhitomir, Rovno, Velikié Louki, Panevėžys ;
  • les complexes industriels de tricot à Tcheboksary, Oufa ;
  • les complexes industriels de chaussures en cuir à Oulianovsk, Oulan-Oude, Velikié Louki, Zhamboul, Voroshilovgrad, Tallinn, Novossibirsk, Orel, Voronezh, Kamychlov et Bakou.

Pourtant, de longues files d’attente pour certains types de produits de l’industrie légère étaient un phénomène quotidien. Malgré les mesures entreprises, la mauvaise situation en ce qui concerne les biens de consommation est restée jusqu’à la disparition de l’Union soviétique.

 
 

Report inaccuracy