La production de matériaux de construction et de finition dans des conditions modernes est une question urgente pour ce secteur de l’économie russe vue que le boom de l’immobilier et la construction active des bureaux et des entrepôts, des routes et bien d’autres structures provoque une forte demande pour les premiers. En conséquence, la production de matériaux de construction et de finition est en croissance constante en Russie.

En 2012, la plus forte croissance a été enregistrée dans la production de matériaux non-métalliques tels que le gravier, la pierre concassée et le sable : près de 17% par rapport aux chiffres de 2011 ou 412,5 millions de m3. La croissance de la production de matériaux d’isolation thermique (fibres de verre et matériaux de fibres minérales) était de 10,4%. La production de béton a augmenté de 9,6%. Environ la même croissance est observée dans l’industrie du ciment – 9,5%.

En général, l’industrie est en forte croissance et attrayante en termes d’investissements, étant donné que la capacité de production est loin d’être réalisée.

Contexte historique

Pendant longtemps, le marché des matériaux de construction et de finition russe n’existait pas, étant donné que le bois, souvent à peine traité, était pratiquement le seul matériau de construction. La production d’un nombre minimal de matériaux de construction – peintures minérales, boulons et autres – se faisait d’une manière artisanale. Dans le cadre du développement économique et de la transition de quelques segments de la population à la mode de vie européenne au 18ème siècle, la demande pour les matériaux tels que la brique, le verre, le sable, le gravier et la peinture a fortement augmenté. Ces produits étaient soit importés ou fabriqués dans les premières manufactures et usines russes.

C’est seulement au milieu du 19ème siècle, lorsque la construction en pierre dominait ouvertement, qu’a commencé le développement de l’industrie des matériaux de construction et de finition. Les usines de briques se construisaient en grand nombre dans la partie européenne de l’Empire russe ; la première usine de ciment a été construite à Saint-Pétersbourg en 1839. En 1913, la production de ciment dans le pays était de 1,78 millions de tonnes. On produisait des carreaux et dalles en céramique finis, du verre, du métal, et du béton, et on exploitait les carrières de sable, de gravier, d’argile et beaucoup d’autres matériaux. En général, ce secteur de l’économie russe était au niveau mondial bien que légèrement inférieure par rapport aux autres grandes économies du monde.

Le développement actif de la production de matériaux de construction et de finition a commencé dans les premières années du pouvoir soviétique, étant donné que le pays avait besoin de reconstruire l’économie détruite par la Première Guerre mondiale et la guerre civile, ce qui signifiait la réparation ou la reconstruction des bâtiments. Ensuite, avec le début de la construction industrielle active dans diverses régions du pays pendant la deuxième moitié des années 1920, la demande de matériaux de construction a augmenté plusieurs fois. Les géants industriels tels que Donbass, l’usine de Magnitogorsk, Komsomolsk-sur-Amour, et bien d’autres avaient besoin d’une énorme quantité de matériaux.

De nouvelles usines de ciment étaient construites (Podgorenskiy, Katavskiy, Kuvasayskiy et autres), ce qui a permis d’augmenter le volume de production du ciment à 5,77 millions de tonnes en 1940. On voit également le développement et la production d’autres matériaux de construction tels que la brique, le béton, le bitume de construction, le verre, etc. Au début de la Deuxième Guerre mondiale, le complexe de production a subi de lourdes pertes et l’industrie des matériaux de construction a beaucoup souffert vue que la plupart des usines se trouvaient dans la zone d’occupation ou d’hostilités.

Dans la période d’après-guerre, quand près d’un tiers du pays devait être reconstruit, la production de matériaux de construction et de finition était la première tâche de l’Etat. Cela a conduit à une forte augmentation des volumes de production, même en comparaison avec les chiffres d’avant-guerre. De nouvelles entreprises étaient construites dans les décennies suivantes – les usines à Pikalëvo, Belgorod, Nikolaïev, Chymkent, Oulianovsk, Atchinsk, Stary Oskol et les cimenteries de Kamenets-Podolsk ; on a également lancé la production de structures en béton préfabriqué qui sont devenues le fondement de la construction résidentielle et industrielle. En 1950, l’Union soviétique a produit 1,3 millions de m3 de béton préfabriqué sous forme de panneaux et de blocs, en 1960 – 30,2 millions de m3, en 1970 – 84,6 millions de m3, en 1980 – 122 millions de m3 et en 1985 – 151,0 millions de m3.

 
 

Report inaccuracy