Les technologies de l’information représentent l’un des secteurs les plus dynamiques de l’économie russe, qui concentre des ressources financières et intellectuelles considérables. De nombreux indicateurs montrent que les sociétés informatiques russes sont parmi les leaders européens et plusieurs peuvent être incluses dans la liste des sociétés les plus importantes dans leur domaine.

En ce qui concerne le marché intérieur, le volume des ventes des sociétés informatiques en Russie s’élevait à plus de 600 milliards de roubles (environ 20 milliards de dollars) en 2012, et ceci, sans compter l’installation d’équipements de télécommunication, de la bureautique et des appareils mobiles. Au total, plus de 350 milliards de roubles de recettes provenant des ventes d’équipement, et encore 120 milliards de roubles comptabilisés pour les logiciels et 150 milliards de roubles pour les services TI.

L’industrie des technologies de l’information et de la communication (TIC) emploie relativement peu de personnes (environ 300 mille). Mais au fond, c’est une main-d’œuvre hautement qualifiée avec des revenus nettement plus élevés que les chiffres moyens. En même temps, nous ne tenons pas compte des spécialistes qui sont charges de l’infrastructure de l’information dans les entreprises classiques (par exemple, les administrateurs systèmes), dont le nombre s'élève également à plusieurs centaines de milliers de personnes.

Contexte historique

En Union soviétique, l’industrie des technologies de l’information et de la production de l’équipement correspondant s’est formée en même temps que dans les autres pays développés. La conception des ordinateurs électroniques a commencé à la fin des années 1940 ; chaque année, de plus en plus de personnes ce connectaient au processus, et le développement de différents modèles d’ordinateurs a été réalisé à l’Institut de mécanique de précision et de la technologie informatique dans le laboratoire de systèmes électriques de l’Institut de l’énergie de l’Académie des Sciences de l’URSS, spécialement formé pour ceci en 1948 (aujourd’hui l’Institut de Machines à commande électronique) et dans plusieurs bureaux d’études fermés. Des entreprises fabriquant des ordinateurs – tels l’usine de machines comptables de Kazan – ont également été mises en place.

Pendant les années 1960, les technologies de l’information en Union soviétique continuent à se développer – par exemple, on crée l’Institut de Cybernétique de l’Académie des Sciences de l’URSS. En 1962, le Conseil des Ministres de l’URSS a établi le pôle des technologies de l’information à Zelenograd, informellement surnommé la « Silicon Valley soviétique » où étaient centralisés la conception, le développement et la production d’ordinateurs soviétiques. La programmation se développait très activement étant donné que le nombre d’ordinateurs et les problèmes appliqués pouvant être résolus avec leur aide ne cessaient d’augmenter.

A la fin de la décennie, on a vu une réorientation progressive de l’industrie vers les grandes entreprises, principalement la société IBM. Cela était dû au fait que jusqu'à ce point en Union soviétique il y avait environ 20 modèles informatiques incompatibles, ce qui rendait la programmation extrêmement difficile. Il fallait instaurer une norme unique qui permettrait non seulement de réduire le coût du développement et de la maintenance des ordinateurs, mais aussi de maintenir le développement au niveau des autres pays. Plus tard, malgré un certain nombre de conceptions nationaux, les entreprises soviétiques ont continué à copier les technologies de pointe des entreprises américaines et européennes dans le domaine de l’équipement informatique (modèles d’ordinateurs, microprocesseurs, mémoires, etc.) et dans le domaine de la programmation (en Union soviétique on utilisait couramment les langages de programmation Basic, Fortran, Pascal et autres).

La production d’ordinateurs personnels (PC), surtout des conceptions originales, a commencé pendant les années 1980 et presqu’en même temps que dans les autres pays développés. Avant la fin de cette décennie, les PC sont apparus sur le marché libre, et il convient de noter que la performance du PC soviétique n’était pas inférieure à la majorité des ordinateurs personnels américains et européens datant de ces années. Ces ordinateurs étaient utilisés pour l’enseignement des sciences informatiques dans les écoles bien que le plus populaire fut encore le complexe éducatif Yamaha MSX.

 
 

Report inaccuracy